HERMES

Federación Internacional de Comunicadores Populares

Un premier mai à Paris, militarisée avec une répression brutale

"Nous assistons à une volonté délibérée de nous empêcher de travailler" : plus de 300 journalistes dénoncent les violences policières. Passer a une dictature est très facile, avec des petits pas qui grandissent peux a peux sans s’en rendre compte, demain, il serait trop tard !!! Il faut combattre aujourd’hui

Tout était préparé pour empêcher la manifestation de masse, mais malgré les appels, malgré la peur, les gens sont descendus dans la rue. Le gouvernement n'a plus de crédibilité, il travaille avec des mensonges pour condamner le mensonge qu'il invente.

Journaliste et réfugié politique, condamné par Pinochet à 20 ans d'exil. Au cours de mes 44 ans en France, j'ai assisté au défilé du premier de mai 42 fois. Ceux-ci étaient toujours revendicatifs et festifs, costumes, danses, groupes divers chantant, et parfois avec certains sujets de la vie quotidienne. Comme c'est fantastique de vivre dans un pays démocratique comme la France, Je me disais à ce moment. Quels bons souvenirs du premier mai !

Aujourd'hui, en 2019, le premier mai a été un coup dur, glacé, c'était un retour au passé, frappé, frappant, réprimant brutalement ceux qui manifestaient calmement.

Les journalistes, les femmes, les jeunes, les vieillards, tous comme s'ils étaient considérés pires que les lépreux. Les visages de ces policiers, peut-être même drogués, leurs yeux enragés, leurs masques cachés sous la brutalité. J'imaginais des hommes célibataires, peut-être souffrant, sans famille, à la recherche d'un moyen de se venger de quelqu'un.

D’autre part, quel courage pour ceux qui, malgré cette répression brutale de ce gouvernement complètement insensible, défendent leurs droits économiques et à manifester.

Toutes les rues étaient fermées pour créer un piège à souris et frappaient ainsi à l'aise. les personnes enfermées étaient oblagada pour supporter les gaz.

Qui n'a pas assisté à au moins une manifestation ne peut pas voir la réalité sur le terrain.

C'est la raison pour laquelle les journalistes n'ont pas compris cette dure réalité que vit la France aujourd'hui. Peu à peu les journalistes commencent à ouvrir les yeux, plus en raison de la répression qu’ils souffrent directement.

Nous savons déjà qu'il y a un grand nombre de personnes mutilées, blessées avec des séquelles à vie ainsi qu’une dizaine de morts suite aux dégâts collatéraux.

Aujourd'hui, mon cœur est blessé et pleure à nouveau ce souvenir sauvage de la répression de Pinochet. Je me suis dit que finalement il existait cette mobilisation contre un dictateur comme Pinochet. Alors qu'aujourd'hui en France il y a une démocratie, qu’il s'en fiche de la démocratie et qui utilisent des méthodes aussi fascistes que Pinochet.

Plus de 20 lignes de métro fermées, la non circulation des bus, des taxis, c’est un confinement pour ceux qui osent protester de leurs droits. Je marche avec des gens qui rigolent entre eux malgré le bruit des grenades de gaz lacrymogènes. Le défilé a été découpé en plusieurs parties, les rues complètement fermées, impossibles de sortir du piège préparé à l’avance par la police. Encore plus incroyable, même dans certaines rues, ils avaient installé de fins fils de fer invisibles pour que, si vous courriez, vous tombiez sur les épaules.

À un moment donné, nous avons dû laisser les fume de gaz, ce qui nous a fait pleurer et aussi une forte envie d'aller aux toilettes; Je me suis demandé quels gaz souffleraient les pauvres gens qui se trouvent dans la rue. Environ 300 personnes qui voulaient quitter l'endroit où nous nous trouvions, les rues étaient fermées et la police empêchait la sortie et encore plus d'empêcher de se rendre à la station de métro. Nous avons couru le long d'une petite rue qui mène au boulevard Pasteur, quand soudainement plusieurs personnes sont tombées par terre, mes pieds étaient enveloppés d'un fin fil de fer qui était sur mes chaussures, de sorte que si vous couriez obliquement, vous deviez tomber.

Dans les rues adjacentes, on préparait des pâtés de maison de sorte que les "journalistes" ne connaissent malheureusement pas cette manoeuvre lorsqu'ils tentent de se dégrader avec ces fins fils d'acier.

Mes camarades journalistes avant le coup d'État vivaient exactement comme les journalistes d'aujourd'hui. On a dit d’eux qu’ils étaient des extrémistes, des communistes, peu importe ce qui justifiait leur attitude. Après le coup d'État, la plupart de ces journalistes ont dû s'exiler, se sont rendus compte trop tard, reconnaissant qu'ils étaient complètement dissociés de la réalité sociale du pays.

Il ne pouvaient toujours pas s'imaginer, ils ne savaient pas ce qu'est un contrôle de police pour vous empêcher d'aller à la manifestation venant de la banlieue de Paris, contrôlant dans les métro, fermant les ligne de bus, des messages de chaos, comme s'il s'agissait d'une guerre dans laquelle l'ennemi est le peuple.

Quelle situation incroyable !!

Arrêtez de nous raconter des histoires, je suis témoin depuis plus de quarante années que je manifeste tous les premiers de mai. Il y a toujours des personnes qui cassent ou les noircissent, et ce sont des années que la police joue avec cette situation pour justifier la répression et discréditer le mouvement de masse. C’est qui n’est pas normal que 4.523 interpellations depuis le début, et depuis le 17 novembre, les forces de l'ordre ont placé 4099 personnes en garde à vue, c’est très dangereux pour une démocratie.

L’objectif était de terminer au plus vite avec la déclaration selon laquelle c’était un échec. La célèbre police déguisée en Black Bols est un système bien connu et ancien utilisé par d’autres gouvernements comme moyen de discréditer les manifestations.

Si certains journalistes de la télévision ont du mal à se situer, plus par ignorance de la réalité que par professionnalisme, Il y a des journalistes de gauche et de droite, alors que les journalistes de droite sont plutôt au pouvoir. Maintenant, je me demande si demain, tout le monde ne sera-t-il pas au pouvoir? C'est là que nous devons demander la punition de ceux qui ont abusé de ce pouvoir, et les amener en justice, quel que doit être le verdict pour ces abus. Il y a plus de 24 personnes mutilées, blessées. Les responsables doivent rendre des comptes, ainsi que ceux qui ont donné les ordres. M. Macron et son ministre de l’intérieur, M. Castaner et tout le gouvernement sont responsables.

Quand demain ils seront plus au pouvoir ils doit rendre compte a la justice. Cela se produit dans une démocratie, si ce n'est pas le cas, cela veut dire qu'il n'y a pas de démocratie.

D’autre part je pense qu’il faut que les syndicats, les Giles jaunes, doivent créer de comites de protection pour contrôler plus la répression et protéger les manifestant.

Ainsi que quand les station de métro ferment comme c’est le cas aujourd’hui, le métro doit être gratuit, parce que le fonctionnement n’est pas normal. De ce fait que si vous achetez un ticket et vous ne pouvez pas arriver à votre destination, ce n’est pas normal

Guillermo Saavedra

Vistas: 360

Comentario

¡Tienes que ser miembro de HERMES para agregar comentarios!

Únete a HERMES

Foro

El asombroso auge del fascismo neo colonial popular

Sin descripción

Iniciada por Freddy Marcial Oct 9, 2018.

La Híper inflación la Deflación y la ingobernabilidad atentan contra la revolución venezolana.

 Por: Freddy Marcial Ramos.10/07/2018Respetables lectoras y lectores       Para quienes hemos pasado la mayor parte de nuestra vida creyendo y luchando por una doctrina revolucionaria socialista, y que mucho antes del año 1998 cuando el magnánimo…Continuar

Etiquetas: En tiempos de revolución y transformación social, la ética y la moral son impresindibles

Iniciada por Freddy Marcial Jul 18, 2018.

HERMES Internacional

          Quienes somos 

Somos un grupo de mujeres y hombres que divulgamos la verdad. Lo hacemos benévolamente para llevar la luz  e informar, cosa que no hacen los grandes medios de la comunicación.

© 2019   Creada por Roberto Domínguez.   Con tecnología de

Informar un problema  |  Términos de servicio